Judo

Informations saison 2017-2018
Horaires et lieux d'entrainement
Eveil judo (4-5 ans) Mini-poussins (6-7 ans) Poussins (8-9 ans) Benjamins (10-11 ans) Minimes-Cadets-Seniors Jujitsu adultes confirmés Jujitsu adultes débutants
Lundi 18h00-19h15
Grandperrin
18h00-19h15
Granperrin
Mercredi 15h00-15h45
Moncade
16h00-17h00
Grandperrin
17h00-18h00
Grandperrin
14h00-15h00
Moncade
18h00-19h00 Katas
Grandperrin
18h00-19h00
Grandperrin
19h00-20h15
Grandperrin
Vendredi 18h00-19h30
Moncade
Samedi 14h00-15h00
Moncade
15h15-16h15
Moncade
Adresse des lieux d'entrainement
Dojo salle Grandperrin Dojo Moncade
Gymnase Grandperrin – Bergerau
64300 Orthez
1 rue Mimonce 64300 Orthez
Cotisations
Licence Mois Trimestre Année
Eveil judo 37 € 6 € 18 € 60 €
Ecole de judo 37 € 8 € 24 € 80 €
Jujitsu 37 € 8 € 24 € 80 €
L’encadrement
Xavier Lamothe enseignant
Xavier LAMOTHE Ceinture noire 4ème DAN Brevet d’Etat d’Educateur Sportif de Judo 1er degré N° 031 04 0476 Equipe Technique du Comité Judo 64
Laurent Lamothe enseignant
Laurent LAMOTHE
Ceinture noire 4ème DAN
Brevet d’Etat d’Educateur Sportif de Judo – 1er degré
N° 86 02 054
Formateur départemental
Sandrine Supervielle Enseignante
Sandrine SUPERVIELLE Ceinture noir 2e DAN CQP option judo
Lionel Loustaunau membre du bureau
Lionel LOUSTAUNAU Ceinture noire 3ème DAN Brevet d’Etat d’Educateur Sportif de Judo – 1er degré – N° 033 06 0436 Délégué National FFJDA

 

 

 

 

 

 

Eveil judo

L’éveil judo c’est :

  • Le développement de la motricité générale et du sens social.
  • Une activité de découverte de son corps et de l’environnement matériel (dojo) et humain (partenaire).
  • Une pédagogie où l’on apprend également à se concentrer sur une tâche.Photo de groupe éveil judo

SI LES TRES JEUNES ENFANTS ONT BESOIN DE PRATIQUE PHYSIQUE…

14517617_1786009275003800_1931125244558030350_nCelle ci ne doit pas se faire dans n’importe quelle condition.
L’éveil judo vise à faciliter le futur apprentissage du judo mais aussi d’autres activités sportives et artistiques.
Il prédispose aussi l’enfant à de futures relations sociales de qualité.

L’EVEIL JUDO C’EST AUSSI :

  • Une invitation pour l’enfant à explorer librement et s’adapter dans un contexte convivial.
  • Un accompagnement vers la maîtrise d’habiletés motrices fondamentales (équilibre, préhension, locomotion). Des activités ou l’enfant agit seul mais aussi des pratiques où il est obligé de coopérer avec les autres (comotricité).
  • 14520411_1786009131670481_6756328049701046238_nUn enseignement des règles de « savoir être » en groupe qui se retrouvent dans un code « des bonnes conduites » pour que l’enfant apprenne à accepter l’autre et à développer un climat de confiance.
Ecole de judo

14517436_1783695431901851_7465555221615345066_nC’est une école de judo traditionnel dans laquelle nous conservons au mieux les principes fondamentaux chers au Professeur KANO. Le judo ne doit pas se résumer à la seule pratique de la compétition.

Nous nous efforçons de faire découvrir aux enfants la variété du judo par :

  • les différents thèmes de travail,
  • les situations d’opposition,
  • la richesse des techniques,14502768_1786282191643175_3858568471438421306_n
  • les différents types de jeux et d’exercices,
  • la valorisation de la persévérance et de l’entraide mutuelle par rapport à la seule force physique.

Bien sûr, la compétition est un élément important de l’apprentissage. Cependant, elle se fait de manière progressive et harmonieuse, pour ne pas traumatiser les enfants et ainsi, leur inculquer petit à petit un esprit de compétition.
15094296_1808505182754209_808995096797622018_nChacun, et à chaque âge, doit pouvoir trouver le moyen de s’épanouir dans la pratique du judo qu’elle soit sportive ou de loisirs.

 

 

 

 

 

Un peu d’histoire

image judoLe mot judo se traduit littéralement par « voie de la souplesse ». Ce terme provient de deux idéogrammes japonais – ju, qui signifie douceur, souplesse, soumission ou flexibilité, et do, signifiant moyen, route, chemin ou enseignement. La philosophie et les techniques du judo illustrent son côté doux. Tel n’est pas le cas du dur combat qui en découle. Alors que d’autres arts martiaux apprennent à donner des coups de poing et de pied avec rapidité et habileté, le judo enseigne que la soumission est une force, et que les combattants devraient se plier tel un roseau, puis contre-attaquer. Il est ici capital de retourner l’agressivité et la force de son adversaire contre lui. Cet art martial dont la philosophie se résume dans cette simple phrase : «la douceur est une force» a été créé par un professeur d’éducation physique japonais nommé Dr. Jigoro Kano. J. Kano maîtrisait parfaitement le jujitsu, ancien art d’attaque et de défense japonais qui remonte, selon certains historiens, à 230 av. J.C. La chute du système féodal et l’influence des cultures occidentales conduit à un déclin sensible des arts martiaux au Japon dans les années 1870. C’est dans ce contexte que J. Kano fonda une nouvelle école d’arts martiaux appelée Kodokan Judo. Sa nouvelle technique consistait à se servir du poids et de l’élan de son adversaire contre lui. Elle avait comme principe fondamental de déstabiliser, de projeter, et finalement, d’immobiliser l’adversaire.

«le minimum d’effort pour le maximum d’efficacité»
Image de judoRapidement, le judo conquit de nombreux adeptes, et, en 1886, une éclatante victoire contre une école reconnue de jujitsu au cours d’un tournoi réputé donna à cet art un formidable coup de pouce. Il fut introduit dans les cours d’éducation physique japonais et, de là, se répandit dans le monde entier. Dès 1902, le centre de formation de gendarmerie parisien enseignait le judo à ses jeunes recrues. La compétition internationale n’a pourtant trouvé sa place qu’un demi-siècle plus tard. En 1951, la Fédération Internationale de Judo était créée, et, cinq ans après, les premiers Championnats du monde avaient lieu. Le grand public découvrit le judo lorsque la candidature du Japon pour les Jeux Olympiques de 1964 fut retenue. En tant que nation hôte, le Japon pouvait ajouter un nouveau sport au programme olympique. Son choix se porta bien entendu sur le judo. Evidemment, le Japon domina les Jeux dans cette discipline, remportant trois des quatre médailles d’or. Puis, le judo disparut du programme olympique des Jeux de Mexico en 1968 pour ensuite réapparaître de façon définitive à Munich en 1972. Les épreuves féminines furent introduites 20 ans plus tard à Barcelone.